Archives de catégorie : voyages voyages

Souvenir de vacances

Publié le

Un p’tit strip réalisé à l’arrache en Guadeloupe dont je n’ai malheureusement plus aucune trace à part cette photo…

Un monde pas si petit

Publié le

Au début du mois de septembre je vous promettais quelques notes sur mes ballades automnales, et comme j’aime bien tenir mes promesses, voici un petit retour sur mon…head2

Oui, je sais, Mickey c’est le mal absolu, toussa, bla, bla. Je pourrai dire que c’est de la curiosité professionnelle, j’ai pour preuves plus de 600 photos dont beaucoup de décoration, mais j’avais juste très envie d’y aller un jour m’y amuser. Alors, c’est accompagnée de ma fidèle copine Alicia que j’ai branché mon cerveau sur « j’ai 7 ans et je fais c’que j’veux! » et je ne l’ai pas regretté !

Je ne vais pas vous faire l’historique et la description des parcs, il y a internet pour ça. Je vous épargne aussi l’interminable soirée diapo grâce à un tri drastique, mais vous n’y échapperez quand même pas.

Adventureland & Frontierland

 

Main Street & Liberty Arcade

astuce

 

Disney Studios & Disney Village

 

Mais bien sûr, ce que j’ai préféré, c’est :

Fantasyland

Au final, je me suis éclatée même si beaucoup d’attractions étaient fermées (Ouin, le Star Wars Train) ! Tout les décors sont incroyables et les boutiques sont magnifiquement agencées suivant les « mondes » où on se trouve, j’y ai trouvé beaucoup d’inspiration ! Nous sommes parties un jeudi de septembre, le soleil était de la partie et la foule pas du tout. Bref, une bonne déconnexion !

 

Vous prendrez bien encore un peu de Currywurst ?

Publié le

Je pourrais encore vous parler des visites 100% touristiques comme la tour de la télé, la porte de Brandebourg, le musée de Pergame, Checkpoint Charlie, etc, mais je préfère vous faire connaître mon quartier de prédilection, à mes yeux le plus rock’n’roll de Berlin, Kreuzberg ou XBerg* pour ses habitants. Plus précisément :

Kreuzberg-Friedrichshain

Je commence souvent mes journées en savourant des pancakes « à la Elvis »  sous la protection de l’immense croco en métal du Hannibal. Le ventre bien rempli, je passe quelques heures chez Chapati, ma boutique chérie, surtout pour les jaquettes aux capuches extravagantes et médiévales. Pour un look plus rock, je file à la Boutiki, la boutique (comme son nom l’indique) se situant au sous-sol du Tiki’s Heart, bistrot annexe du fameux Wild at Heart. Le Tiki’s n’est pas très grand, ainsi si on veut déguster un délicieux hamburger flambé au Jack Daniel’s et aux noms évocateurs comme le Lemmy, le Johnny Rotten ou encore le Divine, il vaut mieux y aller tôt ou alors réserver. Et s’il n’y a plus de place, autant aller du côté de Schlesisches Tor pour découvrir de nouvelles bières au Hopfenreich. Ce bar n’a pas de carte fixe, on choisit sa bière au comptoir en les goûtant et en admirant les systèmes de pression réalisés dans des vieilles machineries d’usine. Quelques surprises houblonnées plus tard, je me cale avec un petit schawarma chez l’excellent Al-Faruk avant de filer chez Mme Claude pour un concert ou juste un dernier verre.

*en allemand, la croix (X) se dit « Kreuz ».

Un autre jour, bien plus au nord, j’attaque avec un petit déjeuner au Kaffee & Tee sur la Frankfurter Tor pour ensuite continuer sur cette avenue aussi large que longue et atteindre le Musée du jeu vidéo, un autre lieu de culte pour moi. Bien sûr, je ne le quitte jamais sans avoir pillé la boutique et forte de cet entraînement, je m’en vais écumer les magasins aux alentours de la Boxhagener Platz. Pour commencer le Darkstore, une petite boutique bourrée de fringues rock et goth avec une mention spéciale pour leur grand choix de collants. Puis Strychnin, pour ses jolies robes rétros, sans oublier de passer par Big Robot, une sorte de Paradoxe Perdu berlinois. Ce que j’adore avec ce quartier, c’est toutes ces petites échoppes de créateurs, d’artistes divers et de seconde-main, j’y ai même trouvé un magasin de patchs, Wertstück Flicki, qui propose une large sélection originale et moderne de cet accessoire pas toujours glamour. Et s’il me reste des jambes et que le temps est bon, je descend sur la East Side Gallery, flâner le long des fresques sur les restes du mur pour finir la journée écrasée dans un transat sur une plage éphémère au bord de la Spree.

mapC’était la dernière note sur Berlin, j’ai essayé de vous donner quelques adresses que vous ne trouverez pas forcément dans les guides et j’espère vous avoir donné envie de découvrir cette ville par vous-mêmes. Et si vous avez des coups de cœur à partager, n’hésitez pas à commenter !

 

Berlin, la suite !

Publié le

Au sud du Tiergarten

Au sens large du terme, le Tiergarten faisant 210 hectares. Au centre s’élève la Siegessäule (colonne de la victoire)  avec sa déesse, star du film Les ailes du désir de Wim Wenders. C’est au sud-ouest que l’on trouve la fondation Helmut Newton. Le musée se divise en trois parties, le rez étant consacré aux affaires personnelles de ce légendaire photographe, le 1er au expositions autour de son travail et il y a de quoi faire ! C’est aussi sur cet étage que l’on peut voir les photos ultra colorées de Greg Gorman, superbes portraits de toutes mes idoles (Warhol, Bowie, Iggy Pop, Jeff Koons, John Waters). Le 3ème étage accueille le cercle des amis de la photo ainsi que des expositions éphémères. J’ai aussi un coup de cœur pour la boutique, véritable mine d’or de livres de photo et autre accessoires de papeterie (oh, des cahiers !)

Plus loin dans le quartier des ambassades, se situent les archives du Bauhaus, lieu prisé de tous les aspirants designers. Le meilleur moyen de découvrir ce mouvement est de prendre le guide audio et apprécier la richesse de cette école. Je pourrai passer des heures à regarder la maquette centrale, mais la statue mécanique mérite qu’on s’y attarde, rien que pour la voir en mouvement et ainsi créer une nouvelle œuvre.

Entre ces deux lieux culturels, on peux faire une pause pour observer le ballet des méduses  à l’aquarium du Zoo. Par contre, je ne suis jamais allée plus loin dans la visite, n’étant pas une très grande fan des animaux en captivité.

jellyfish

À 500m. du zoo, se dresse le plus vieux magasin de la ville et symbole de Berlin-ouest : Kaufhaus des Western, ou KaDeWe pour les intimes. Le bâtiment est impressionnant, leurs vitrines pas toujours, dommage. Et comme une journée berlinoise ne peux se terminer sans une bonne bière, le Faustus en propose un choix alléchant !

Fin de la deuxième partie, à très vite pour une intense session de shopping…

Berlin, baby !

Publié le

Depuis que j’ai découvert cette ville en 2012, voilà plusieurs fois que j’y séjourne et j’ai enfin assez de coup cœur à partager.

Malgré sa grande taille (891,85 km²), elle bénéficie d’un réseau de transports publics d’une redoutable efficacité. Grâce à ça, vous pouvez vous téléporter d’un point à un autre très facilement. Pour ma part je commence à avoir mes petites habitudes dans 3 quartiers:

Scheunenviertel

Particulièrement le secteur des Hackesche Höfe à côté de la nouvelle synagogue. Dans ces bâtiments datant de 1906, les cours communicantes abritent un grand nombre de de cafés, magasins et lieux culturels. Mais ce que je préfère, ce sont les murs :

 

Dans ces mêmes cours j’ai réussi à trouver un Kunstautomat, littéralement un distributeur d’art !

kunstautomat1

C’est en sortant de ce dédale artistique, que l’on tombe sur un magasin de déguisement dont la grande vitrine un poil kitch m’a interpelée; Maskworld et ses 4 étages de costumes, maquillages et accessoires pour devenir Wonder Woman, Alice aux pays des merveilles ou Harry Potter, le rêve ! Et vous n’imaginez pas la multiplication des mes cris de joie quand l’année passée, ils ont ouvert une annexe cette fois consacrée aux reproductions d’armes et d’objets  tirés des univers bd et fantasy qui me sont si chers. Après avoir fait un high five à l’ami Tony, on peut se laisser aller à  la compulsion totale et se relooker aux couleurs de ses héros préférés.

Et puis comme toutes ces émotions donnent soif, j’adore finir la journée au musée Ramones pas loin de là en savourant une bière sur un fond sonore rendant hommage à ce grand groupe. À noter que l’entrée de l’exposition ne coûte que quelques euros et que le badge qui vous est donné à ce moment vous garantit un accès à vie au musée !

Voilà pour la première partie de mes coins favoris berlinois, la suite sera pour bientôt…